Le noisetier

IMG_8169b
IMG_7552b

Le noisetier ou coudrier est un  arbuste très répandu, dont on consommait déjà les fruits au Néolithique.

Autrefois, on considérait que les noisettes étaient bonnes contre la toux, pour guérir l’impuissance et contre les coliques néphrétiques. Il se disait qu’à chaque printemps, un homme devait toujours avoir à portée de main une petite branche de noisetier, car s’il entendait pour la première fois le chant du crapaud, il devait frapper à huit reprises sans reprendre haleine, le lit conjugal avec la baguette, ainsi il était assuré que pendant un an il ne serait pas cocu… On le croit toujours dans le Massif Central…

Commun en Europe, dans les plaines, le noisetier est rare dans les endroits élevés.

Récolte :

Les feuilles se récoltent, à leur pleine formation vers le mois de juin et on les sèche à l’ombre dans un endroit sec. Les chatons mâles sont cueillis en hiver et l’écorce des jeunes rameaux prélevée du printemps à l’automne.

Usages :

Vasoconstricteur, le noisetier est utilisé contre les varices, les hémorroïdes, les ulcères variqueux, les troubles de la ménopause, la circulation  du sang, en ce qui concerne les feuilles. L’écorce quant à elle est fébrifuge et les chatons sont sédatifs.

En compresses : faire infuser une cuillerée à soupe de feuilles pour 1/4 de litre d’eau pendant 15 mn (yeux cernés, paupières gonflées…)

Macération : compter 1 cuil. à soupe de feuilles pour 1/4 de litre d’eau bouillante et laisser macérer au moins 2 h ou toute la nuit. Prendre 2 tasses par jour (varices…)

Décoction : Faire bouillir 10 mn 1 cuill. à soupe d’écorce par tasse et laisser infuser 10 mn, boire 1 tasse 2 fois par jour (fièvre).

Les noisettes sont nutritives et stimulantes.

Les rameaux flexibles du noisetier ont longtemps fourni les baguettes de sourciers.

IMG_8171bbaguette sourcier

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *